Quels sont les besoins du marché ?
Les industries de la santé animale s’engagent fortement dans la Recherche
8 à 12 ans sont nécessaires pour le développement d’un médicament vétérinaire
les médicaments vétérinaires sont soumis à une autorisation de mise sur le marché
De nombreux contrôles pour une production encadrée et évaluée
Communication et publicité – Distribution – Prescription et traçabilité des médicaments vétérinaires
Surveiller les effets indésirables grâce à la pharmacovigilance

Ophtalmologie

Quelques médicaments spécifiques à l’ophtalmologie

 

Légende. Les affections de l’œil sont (presque) toujours une urgence.

 

Les collyres, les gels et les pommades ophtalmiques s’ajoutent à l’arsenal thérapeutique ophtalmique.

 

L’œil est un organe fragile et essentiel à la relation entre l’animal et son environnement. La plupart des affections de l’œil sont donc des urgences, d’autant plus qu’elles sont souvent douloureuses. Toutefois, les affections les plus fréquentes ne sont pas celles de l’œil, mais de ses annexes, les conjonctives surtout.

Une infection grave de l’œil nécessite l’administration d’antibiotiques par voie générale et, éventuellement, d’analgésiques et d’anti-inflammatoires pour lutter contre la douleur et l’inflammation.

 

Collyres, gels et les pommades

Mais, de nombreux médicaments de l’œil ou de ses annexes sont aussi des topiques oculaires : des collyres, des gels ou des pommades. Ces topiques sont souvent anti-infectieux et anti-inflammatoires, mais pas uniquement. Des cicatrisants de la cornée, des colorants pour le diagnostic des lésions cornéennes, des larmes artificielles, un immunomodulateur (la ciclosporine) sont autant de classes pharmacothérapeutiques différentes de ces médicaments ophtalmiques.

 

Le SIMV est membre de