Quels sont les besoins du marché ?
Les industries de la santé animale s’engagent fortement dans la Recherche
8 à 12 ans sont nécessaires pour le développement d’un médicament vétérinaire
les médicaments vétérinaires sont soumis à une autorisation de mise sur le marché
De nombreux contrôles pour une production encadrée et évaluée
Communication et publicité – Distribution – Prescription et traçabilité des médicaments vétérinaires
Surveiller les effets indésirables grâce à la pharmacovigilance

Appareil respiratoire

Respirer, c’est s’exposer aux pathogènes de l’air ambiant

 

Légende L’appareil respiratoire est fragile et soumis à des agressions si l’air inspiré est vicié, irritant, ou contient des agents pathogènes viraux ou microbiens.

 
Des vaccins peuvent protéger les animaux contre des pathogènes respiratoires.

 

L’appareil respiratoire, les bronches et les poumons, est fragile. Le froid, l’humidité, les poussières, un air vicié (la présence d’ammoniac dégagé par le fumier), la présence d’un agent pathogène viral ou bactérien sont autant d’agressions potentielles de cet appareil respiratoire.

 

Les ruminants manquent de souffle

Chez les ruminants, les infections respiratoires sont d’autant plus fréquentes et graves que les poumons sont de petite taille par rapport à la taille de l’animal. Car le rumen occupe une grande partie de la cage thoracique. Ce sont des handicapés respiratoires physiologiques.

 

Et les chevaux font la course

Chez les chevaux, les performances sportives nécessitent que ces animaux aient du souffle comme les grands sportifs.

Contre les agressions de l’appareil respiratoire, les médicaments appartiennent le plus souvent à des classes analysées dans d’autres chapitres : certains vaccins contre des infections respiratoires, les antibiotiques, les antiparasitaires, les anti-inflammatoires stéroïdiens ou non, notamment en cas d’infections ou d’allergie (asthme et allergies).

Néanmoins quelques médicaments fonctionnels sont plus spécifiques à l’appareil respiratoire : les bronchodilatateurs, les antitussifs, les mucolytiques ou les expectorants.  Ces principes actifs sont souvent associés entre eux.

Enfin, en réanimation, des analeptiques respiratoires sont proposés surtout pour aider les nouveau-nés à prendre leur première respiration.

Le SIMV est membre de