Quels sont les besoins du marché ?
Les industries de la santé animale s’engagent fortement dans la Recherche
8 à 12 ans sont nécessaires pour le développement d’un médicament vétérinaire
les médicaments vétérinaires sont soumis à une autorisation de mise sur le marché
De nombreux contrôles pour une production encadrée et évaluée
Communication et publicité – Distribution – Prescription et traçabilité des médicaments vétérinaires
Surveiller les effets indésirables grâce à la pharmacovigilance

Dermatologie, otologie

La dermatologie fait aussi appel aux topiques

 

Légende. La présence de plis, de poils et de parasites favorise les affections de la peau et des oreilles…

 
Les anti-infectieux, les antiparasitaires, les anti-inflammatoires sont les trois principales classes thérapeutiques des affections cutanées et auriculaires.

 

Les affections de la peau et des oreilles sont fréquemment des maladies allergiques, parfois très prurigineuses, des affections parasitaires (puces,…) ou infectieuses, voire des plaies. L’arsenal thérapeutique comprend donc, sans surprise des anti-inflammatoires (AINS et corticoïdes), des antibiotiques, des antiseptiques ainsi que des antiparasitaires externes. Ces classes sont examinées dans les chapitres correspondants.

 

Topiques et associations

Quelques spécificités peuvent néanmoins être soulignées. D’abord les topiques sont assez nombreux et parfois se combinent avec des médicaments pris par voie générale.

Ainsi, la pharmacopée vétérinaire comprend de nombreux cicatrisants, antiseptiques ou topiques anti-inflammatoires, parfois très puissants comme des dermocorticoïdes.

Les topiques sont rarement composés d’un seul principe actif. Ils en associent souvent plusieurs. Ainsi, par exemple, les produits auriculaires destinés au traitement des otites des chiens sont fréquemment formulés avec trois principes actifs parmi les classes suivantes : un anti-infectieux (souvent antibiotique ou antiseptique), un anti-inflammatoire (souvent un corticoïde), un antifongique.

 

Corticoïdes, immunomodulateurs, antiprurigineux

Le traitement de certaines dermatites allergiques et atopies chez le chien nécessite parfois des traitements longs par voie orale par des immunodulateurs ou des antiprurigineux.

En outre, plusieurs troubles endocriniens se manifestent par des signes cutanés, notamment des pertes de poils (alopécies).

Enfin, les produits d’hygiènes nettoyants et antiseptiques destinés à être appliqués sur une peau saine (sans lésion, ni plaie) et donc sans allégation thérapeutique sont plus souvent rattachés au statut de biocide qu’à celui du médicament vétérinaire.

Le SIMV est membre de