Quels sont les besoins du marché ?
Les industries de la santé animale s’engagent fortement dans la Recherche
8 à 12 ans sont nécessaires pour le développement d’un médicament vétérinaire
les médicaments vétérinaires sont soumis à une autorisation de mise sur le marché
De nombreux contrôles pour une production encadrée et évaluée
Communication et publicité – Distribution – Prescription et traçabilité des médicaments vétérinaires
Surveiller les effets indésirables grâce à la pharmacovigilance

L’Industrie

Industrie du médicament et diagnostic vétérinaires

 

Le SIMV, Syndicat de l’Industrie du Médicament et diagnostic Vétérinaires, est le représentant français des entreprises du secteur vétérinaire. La France est le premier pays en matière de recherche et de fabrication de médicaments et de réactifs en Europe avec 50 sites industriels et de nombreux centres de recherche. L’un des atouts majeurs de la France pour les questions de santé animale tient à la densité de ce maillage industriel, à ses expertises scientifiques et techniques reconnues et à la capacité de nos laboratoires de s’engager dans la gestion de projets R&D en réseaux et à l’international. Nos entreprises investissent chaque année 10 à 12 % de leur chiffre d’affaires en R&D.

Ainsi, l’industrie du médicament vétérinaire permet au quotidien d’assurer la sécurité sanitaire et alimentaire, le bien-être des animaux et de maintenir la compétitivité de l’élevage. Elle garantit par ses actions et ses innovations de préserver la santé animale et donc ainsi la santé publique.

Prévenir est mieux que guérir pour garantir la Santé animale

Les industries du médicament et réactif vétérinaires reprennent dans leur plan d’action, la stratégie de la commission européenne « Prévenir est mieux que guérir ». Les piliers de cette stratégie sont la prévention et la surveillance d’une part, la recherche et l’innovation d’autre part. L’objectif de cette stratégie est de travailler en réseaux pour assurer la santé animale, définie par l’absence de maladies mais aussi par le bien-être de l’animal, la santé publique et la sécurité alimentaire.

  • Les besoins en innovation

Avec la mondialisation et l’augmentation de la proximité de l’homme et de l’animal dû à l’urbanisation croissante et avec les changements climatiques, il est nécessaire de répondre rapidement aux maladies émergentes et de répondre aux besoins des vétérinaires pour assurer la santé animale. Pour se faire,  les industries du médicament et réactif vétérinaires investissent dans la recherche et l’innovation, dans la prévention et le diagnostic rapide.

Pour en savoir plus : ici

  • Les enjeux liés au développement

Le médicament vétérinaire connaît un niveau élevé d’investissement en matière de sécurité du fait des bonnes pratiques de fabrication, de l’autorisation de mise sur le marché, et des instruments de traçabilité.

En effet, la recherche et l’innovation sont des processus complexes et risqués pour l’entreprise. Le temps moyen de développement d’un nouveau médicament vétérinaire est de 8 à 15 ans pour un médicament innovant. Sur 1 000 molécules, une seule s’avèrera intéressante et sur 10 projets initiés un seul va aboutir. Malgré cela, les entreprises du médicament et réactif vétérinaires impliquées dans la recherche et le développement y investissent 10 à 12% de leurs chiffres d’affaires.

Pour en savoir plus : ici

  • La réponse aux innovations de demain : l’ « open innovation »

Les laboratoires mobilisés pour répondre aux besoins du marché se tournent vers l’extérieur. Les entreprises du médicament et réactif vétérinaires sont entrées dans une ère d’innovation ouverte ou « open innovation » basée sur le partage. Cette façon d’innover se traduit par la mise en place de plates-formes et de réseaux d’échanges  et l’intensification des partenariats public-privé et privé-privé afin de tirer le meilleur parti des savoirs de chacun. 

Pour en savior plus : ici

Le SIMV est membre de