Quels sont les besoins du marché ?
Les industries de la santé animale s’engagent fortement dans la Recherche
8 à 12 ans sont nécessaires pour le développement d’un médicament vétérinaire
les médicaments vétérinaires sont soumis à une autorisation de mise sur le marché
De nombreux contrôles pour une production encadrée et évaluée
Communication et publicité – Distribution – Prescription et traçabilité des médicaments vétérinaires
Surveiller les effets indésirables grâce à la pharmacovigilance

Généralités

Un médicament vétérinaire à spectre large

 

L’arsenal thérapeutique vétérinaire disponible en France couvre les nombreuses espèces d’animaux de compagnie et d’élevage qu’ils soient jeunes, gestants ou âgés, et la plupart des maladies. Celui-ci est donc très large.

 

 
Légende. Les chiens et les chats représentent un peu moins de 40 % des médicaments vétérinaires, tout comme les ruminants. Les porcs et les volailles représentent 20 % des ventes. Source AIEMV 2013
 

En chiffres d’affaires, le médicament vétérinaire représente moins d’un vingtième des ventes de médicaments humains. Pourtant, là où le médicament humain soigne 66 millions de Français, les médicaments vétérinaires s’adressent à près de 20 millions de chiens, chats, et chevaux, 20 millions encore de veaux, vaches, taurillons, 13 millions de moutons ou de chèvres, 25 millions de porcs, et plus d’un milliard de volailles sans compter les 50 millions de poissons de pisciculture ou les milliers de ruches d’abeilles.

Sans médicament vétérinaire, ces animaux, qu’ils soient de compagnie ou de rente, ne pourraient pas être soignés correctement.

 
Un large arsenal thérapeutique

Et comme les maladies sont toutes aussi diverses chez les animaux que chez l’homme, l’industrie du médicament et réactif vétérinaires offre un large panel de solution thérapeutique pour répondre aux besoins en santé animale.

Près de 40 % des médicaments s’adressent aux chiens et aux chats. Ces animaux sont devenus, en quelques décennies, des membres de la famille. Leur santé et leur bien-être préoccupent davantage leurs propriétaires qu’au XX° siècle. Depuis les années 1960, leur nombre et leur médicalisation se sont développés. Ainsi, l’industrie recherche, développe et produit des médicaments et réactifs répondant aux besoins des animaux de compagnie. Dans le même temps, le passage des chevaux de trait aux chevaux de sports et de loisirs a demandé à notre industrie le développement d’une pharmacopée adaptée.

 
De la santé animale à celle de l’homme

Pas de denrées saines sans animaux sains. Les filières de productions animales mobilisent toujours plus de la moitié de l’arsenal thérapeutique. La prévention a pris le pas sur le curatif. Au-delà du bien-être des animaux d’élevage, l’enjeu est aussi de nourrir la planète avec des aliments sains, qu’il s’agisse de lait, de viandes ou d’œufs. Pour en savoir plus

Le SIMV est membre de