Quels sont les besoins du marché ?
Les industries de la santé animale s’engagent fortement dans la Recherche
8 à 12 ans sont nécessaires pour le développement d’un médicament vétérinaire
les médicaments vétérinaires sont soumis à une autorisation de mise sur le marché
De nombreux contrôles pour une production encadrée et évaluée
Communication et publicité – Distribution – Prescription et traçabilité des médicaments vétérinaires
Surveiller les effets indésirables grâce à la pharmacovigilance

Antibiotiques

 Antibiotiques indispensables à la santé animale pour préserver la santé publique

 

Sans antibiotique vétérinaire, il ne peut y avoir une santé animale de qualité, et, par conséquent, une santé publique optimale.

 

Comparaison des familles d’antibiotiques prescrits chez les animaux et chez l’homme.

Légende. Les vétérinaires prescrivent surtout des tétracyclines, des sulfamides, de la colistine alors que les médecins concentrent 58 % de leurs prescriptions sur une seule pénicilline : l’amoxicilline. Sources Anses et ANSM

 

Plus encore qu’en santé humaine, les antibiotiques sont des médicaments incontournables pour la santé animale. Car les maladies infectieuses sont une dominante de la pathologie animale.

Pourquoi ? D’abord parce que l’hygiène et les conditions de vie des animaux sont nécessairement moins bonnes que celles de l’homme. Les animaux ne peuvent pas prendre une douche tous les matins, ni se laver les mains plusieurs fois par jour. Chez les chiens et les chats, la présence de poils favorisent les infections de la peau. En élevage, les animaux sont évidemment élevés ensemble. La contagion est donc facilitée. D’autant qu’au démarrage, les jeunes animaux, dont le système immunitaire est encore fragile, sont rassemblés alors qu’ils proviennent souvent de plusieurs origines.

 

Pas de denrées saines sans animaux sains

En présence d’une maladie infectieuse, les antibiotiques sont donc indispensables pour obtenir la guérison et éviter la contagion aux autres animaux. À la fois pour des raisons de bien-être animal et de santé publique, il n’est pas concevable de laisser ces animaux souffrir sans les soigner par des antibiotiques efficaces. Les denrées (le lait, les viandes les œufs…) ne seront pas saines pour l’homme si elles sont issues d’animaux malades.

 

Une alternative : la prévention

Les alternatives aux antibiotiques consistent d’abord à faire de la prévention. Les vaccins et l’hygiène sont donc les premières pistes d’alternatives.

Néanmoins, le traitement antibiotique est parfois nécessaire.

La plupart des familles d’antibiotiques vétérinaires sont aussi autorisées chez l’homme. Toutefois, chez les animaux d’élevage, les familles les plus utilisées sont assez différentes. En médecine humaine, plus des deux tiers des prescriptions sont à base de bêtalactamines. Alors que cette famille représente moins d’une prescription sur cinq chez les animaux. À l’inverse, des familles peu utilisées chez l’homme sont privilégiées chez les animaux comme les tétracyclines, les sulfamides et la colistine, avant les pénicillines, les macrolides, les aminosides.

Enfin, les antiseptiques (non antibiotiques) sont aussi largement utilisés en médecine vétérinaire pour les soins cutanés entre autres.

Le SIMV est membre de